Vous êtes ici : Groupes et Clubs/Auxerre Nous sommes le
 
 
GROUPES ET CLUBS
Retour
Suivant
Anciens d'Auxerre
 
Président : Commandant BERGER René
5 avenue d’Egriselles
89000 Auxerre (' 03.86.46.86.27)
1965 39 ème Rassemblement annuel 2005

       2005, année marquante pour les Anciens d’AUXERRE, En effet, nous célébrons le quarantième anniversaire de notre groupe qui a vu le jour en 1965, mais aussi le soixantième anniversaire de l’ouverture de la Base-Ecole 723 d’AUXERRE-MONÉTEAU, puisque la première promotion avait débuté les cours en mai 1945. Comme le temps passe, pourrions nous murmurer dans un soupir plein de nostalgie!

         Si j’ai tenu à évoquer ces deux événements, c’est parce qu’ils ont eu, certainement, un impact sur la vie de tous ceux qui, au cours de leur carrière militaire, ont été affectés, pendant une période plus ou moins longue, à la «723 ».

         Ce 11 juin 2005, se tenait donc le 39ème Rassemblement des anciens de cette base. Et cette année encore, il avait drainé, vers le Foyer communal de MONÉTEAU, un bon nombre de participants, dont certains accompagnés par des amis à qui ils avaient voulu faire connaître l’ambiance chaleureuse qui est de mise à chacune de nos réunions. Et, de ce fait, aussi surprenant que cela puisse paraître, nous étions 102, c’est à dire 6 personnes de plus qu’en 2004. Ce qui prouve, s’il en était besoin, la vitalité de ce groupe, malgré le temps qui passe (Bis répétita !). Et pour ajouter à ce paradoxe, on notait, avec plaisir, la présence de 5 nouveaux participants.

         Nous avions demandé au Commandant Jean BIBAUD, président de I’A.N.A.T.C récemment élu., de bien vouloir honorer de sa présence notre réunion, ce qu’il avait accepté d’emblée. Nous l’en remercions vivement. Cette fonction venait, tout juste de lui échoir, à la suite du décès de son prédécesseur, le Général Jean DÉMOREST.

         Monsieur BIDEAU, maire de MONÉTEAU et conseiller général du canton, pris par ailleurs dans l’exercice de ses fonctions électives, nous avait adressé ses excuses, se disant navré de ne pouvoir répondre à notre invitation.

         Avril et mai 2005, deux mois qui ont jeté la consternation dans le monde des télecs, en général, et dans celui des Anciens d’AUXERRE, en particulier. En effet, le 13 avril, disparaissait à l’âge de 61 ans, Jean DÉMOREST, qui avait pris en mains la destinée de I’A.N.A.T.C. depuis seulement un an. Le 30 de ce même mois, Max REBOUL nous quittait après avoir, durant des mois, lutté avec courage, contre une maladie implacable. Et, enfin, le 17 mai, Waltaire BEAUNEZ s’éteignait, alors que l’an dernier il était encore avec nous et que rien ne laissait prévoir sa disparition. Mais hélas la maladie qui l’a emporté a fait très vite son œuvre et son décès nous a douloureusement surpris.

Les obsèques de Jean DÉMOREST ont eu lieu à OLIVET (Loiret) le 18 avril 2005.
Max REBOUL repose depuis le 2 mai 2005 dans le cimetière du PLESSIS-ROBINSON (Hauts de Seine)
Et Waltaire BEAUNEZ a été inhumé dans celui d’AUXERRE, le 20 mai 2005.

         Bien évidemment, à leurs obsèques, parmi l’assistance, outre les autorités, étaient présents de nombreux anciens de l’armée de l’air qui, malgré leur grande tristesse, avaient tenu à apporter leur soutien moral aux familles de nos amis défunts.

         Si nous devons nous faire à cette idée de voir disparaître les camarades, en raison de la tranche d’âge dans laquelle se situent la plupart des Anciens d’AUXERRE, c’est à dire de 70 ans pour les plus jeunes jusqu’à 85 ans et plus pour leurs aînés, il est toujours très éprouvant d’apprendre le décès de l’un d’entre eux.

         Avant le début de notre réunion, une délégation comprenant une dizaine de personnes dont le président Jean BIBAUD, et représentant l’ensemble de l’assistance, avait tenu à se rendre au cimetière SAINT-AMÂTRE d’AUXERRE où repose notre ami Waltaire, afin de se recueillir sur sa tombe. Monique, son épouse, nous attendait, particulièrement émue et touchée par cette manifestation de l’extrême amitié que tous portaient à leur regretté camarade.

         Mais, malheureusement, tous ceux que je viens de citer ne sont pas les seuls à nous avoir quittés depuis le dernier rassemblement de 2004. C’est ainsi que dans le courant de l’année qui nous en sépare, nous avons appris douze autres disparitions, celles de:

         Gérard KIRCHNER, le 2 juillet 2004 ,de MONTROUGE (92)
         Daniel SERY, le 26 juillet 2004, de NANCY (54)
         Bernard PHILIPPE, ancien moniteur de sports d’AUXERRE puis de ROCHEFORT, le 10 avril 2004 de METTRAY (37)
         Paul COSTES, le 14 avril 2004, de MIGENNES (89)
         Jacques DEZAUBEAUX, le 18 avril 2004, de CHAUDRON (43)
         Guy FONDS-MONTMAUR, le 6 septembre, de GUJAN-MESTRAS (33)
         Roger DEPARPE, le 8 novembre 2004, d’AUGY (89)
         Jean CORBIERE, le 28 décembre 2004, de CHENY (89)
         Bemard CAVARLE, le 8 janvier 2005, de SAINT-BREVIN (44)
         Jean LAGRANGE, le 28 janvier 2005, de BORDEAUX (33)
         Marcel LAURENCON, le 8 mars 2005, de BOURG-LASTIC (63)
         René SIMON, ancien administratif de la B.E. 723, le 24 mai 2005, de SAVIGNY en REVERMONT (71)

         Après la lecture de cette longue, trop longue, liste nous nous sommes tous levés pour observer un instant de recueillement, un instant pendant lequel, dans le silence, nous avons uni nos pensées pour n’en faire qu’une, fervente et pleine d’affection, dédiée à tous nos amis défunts, ceux récemment disparus, mais aussi tous ceux qui, au fil des ans, nous ont quittés.

         Avec toutes ces disparitions, on sentait, nettement, tous les participants réunis ce jour là, imprégnés d’une certaine tristesse. Cette joie des retrouvailles annuelles qui, généralement illumine nos réunions était bien atténuée. Mais, sans pour autant oublier, la suite devait heureusement dissiper tant soit peu cette morosité du début; le plaisir de se retrouver ensemble pendant cette journée et de pouvoir ainsi évoquer des souvenirs communs y était pour beaucoup. Et, autre facteur réjouissant, la présentation des cinq nouveaux participants, cités au début, qui apportait, en somme, un certain regain à notre groupe :

         Maurice LORRAIN et Madame de REIMS (51)
         Bernard VIDALOT et Madame d’AYTRÉ (17)
         Guy MOURGUES et Madame de QUISSAC (33)
         Jean GAROUSTE de HYÈRES (83)
         Florent SCHIBLER et Madame, d’ALLONGNY (18)  Ce dernier avait lâché le manche du fer à souder pour celui du pilotage, mais malgré cela il n’a pas oublié pour autant son passage à la B.E 723.

         Et puis, pour la première fois, depuis qu’existent ces rassemblements, une cérémonie s’est déroulée ensuite, au cours de laquelle Jean-Baptiste BETBEDER s’est fait remettre par Roger GOUBERN les insignes de chevalier de la Légion d’honneur. Cette haute distinction venait de lui être conférée quelques semaines auparavant et, plutôt que de recevoir cette décoration devant une troupe anonyme, il a souhaité que ce soit devant la troupe des Anciens d’AUXERRE. Une décoration bien méritée et, à mon avis, qu’il aurait du obtenir depuis longtemps.

         Car il faut savoir qu’elle lui a été attribuée en sa qualité d’ancien combattant d’Indochine et, surtout d’ancien prisonnier du Viet Minh. On a tous entendu parler des conditions très dures dans lesquelles ont été détenus ceux qui ont eu la malchance d’être faits prisonniers, et Jean-Baptiste a été de ceux là. En mai 1954, alors qu’il était affecté â la C.T.A. 812 à TAN-SON-NHUT , en Cochinchine, il est envoyé en opération au Laos, avec un P.C.I.A. pour accompagner une unité de l’armée de terre. Entre KRATIÉ et STUNG-TRENG, leur groupe tombe dans une embuscade tendue par les Viets. Ils tentent de résister en livrant combat, mais en raison de l’importance des forces ennemies, sauf a être décimés, ils sont obligés de se rendre.

         Faits prisonniers, ils devront alors parcourir à pied prés de 700 kilomètres, au milieu d’une nature hostile et sous un soleil de plomb. Certains périront d’ailleurs en cours de route. Heureusement, la guerre devait se terminer quelques mois après, avec le cessez-le-feu du 27 août 1954. Jean-Baptiste qui possédait une condition physique et morale solide, due à sa longue pratique du rugby à un niveau assez élevé, avait surmonté cette épreuve mieux que certains. Néanmoins, j’étais aussi affecté à TAN-SON-NHUT et, par conséquent, je l’ai vu à son retour, à l’automne 1954, après un séjour d’un mois et demi à l’hôpital de NHA-TRANG, et je peux attester que, selon l’expression en vogue de nos jours, il ne souffrait pas de surcharge pondérale !

         Dans un passé relativement récent, lors de la remise de certaines décorations, le récipiendaire se choisissait un parrain. Cette coutume a disparu. Pourtant, nous avons jugé utile de la rétablir ce jour du 11 juin, et Claude LAGARDE a bien voulu en tenir lieu. Il était d’ailleurs tout désigné puisqu’il est, lui aussi, chevalier de la Légion d’honneur, en sa qualité d’ancien combattant d’Indochine, ayant été fait prisonnier à DIEN-BIEN-PHU où il se trouvait avec un détachement de la C.T.A. 814, ce qui lui a valu de connaître également la captivité et les souffrances qu’elle a engendrées.

         Et ce n’est pas faire preuve de grandiloquence d’ajouter que cette cérémonie a apporté une certaine solennité à notre réunion. Parmi tous les Anciens d’AUXERRE présents, beaucoup ignoraient tout de l’épopée qu’avaient vécue nos deux Légionnaires. Il est bien connu que la plupart de ceux qui ont été amenés à participer à des actions héroïques sont, en général, excessivement discrets et n’en font pas étalage.

         C’est pour cette raison que j’ai tenu, après la remise de décoration, à relater leurs faits d’armes d’il y a plus de cinquante années. Et les félicitations que nos deux camarades ont reçu de tous leurs amis étaient, on ne peut plus, méritées.

Le président BIBAUD, en compagnie de Roger FOURNIER
Remise de la Légion d'Honneur à Jean-Baptiste BETBEDER

         Maintenant quelques considérations sur ce groupe des Anciens d’AUXERRE. Comme tous ces regroupements d’anciens, qui ne peuvent se renouveler parce que la source est tarie, notre groupe s’étiole d’année en année. La longue liste des décès qui précède est là pour nous le rappeler. Et puis on peut dire qu’avec la disparition de Max REBOUL et celle de Waltaire BEAUNEZ, il se retrouve orphelin, puisqu’ils en étaient les deux créateurs. Lorsque j’ai appris leurs décès, presque simultanés, j’ai été tenté d’annuler, aussitôt, ce rassemblement et de leur laisser emporter, avec eux, leur œuvre.

         Et puis, après réflexion, j’ai pensé que ce serait, au contraire, leur rendre un hommage certain en les prolongeant. Lorsqu’en 2000, Waltaire, qui les organisait depuis de nombreuses années, s’est trouvé empêché par la maladie et, de ce fait, avait pris la décision d’y mettre un terme, avec son consentement, Christian SOSSON et moi avions pris le relais pour réaliser celui prévu cette année là et, selon son souhait, écrire le mot « Fin ».

         Mais, nous avons été tellement sollicités par tous les participants, désolés de voir disparaître ce qui était devenu une véritable institution, qu’alors, toujours avec l’accord de Waltaire, nous avons décidé de les poursuivre jusqu’au quarantième, c’est à dire jusqu’en 2006. Christian SOSSON nous a quittés en 2004 et je me suis retrouvé seul à la barre. Cela représente, une tâche, assez lourde, qui s’étale sur pratiquement trois mois de l’année, d’avril à juin, et après ce dernier rassemblement, en raison de la fatigue à laquelle est venu s’ajouter un problème de santé, j’ai bien pensé en rester là.

         C’est alors que Michel MEUNIER, bien qu’il réside à SAINT-ÉTIENNE, m’a spontanément offert son concours pour l’organisation du prochain, acceptant de se charger de la partie correspondance et secrétariat, tandis que je conserve l’intendance, location de la salle, contacts avec le traiteur, du fait que j’habite AUXERRE. Ce quarantième aura donc bien lieu et il est programmé pour le 17 juin 2006.

         Alors chers Anciens d’AUXERRE, si le coeur vous en dit et si les douleurs qui viennent parfois nous taquiner ne vous empêchent pas de faire le déplacement, nous vous attendrons, ce jour là, sur le lieu traditionnel, c’est à dire le Foyer communal de MONÉTEAU .

         Et pour conclure, je tiens à remercier ceux qui, le 11 juin dernier, m’ont apporté une aide précieuse, Michèle MEUNIER qui, depuis des années déjà, règle le stationnement des véhicules sur le parking, son épouse ainsi que Madame Ginette SOSSON qui ont aidé la mienne pour la distribution des badges, et, enfin Henri FROGIER pour l’organisation des tables et le placement des convives.

Cdt René BERGER

Vue d'ensemble

Liste des participants :

Madame Ariette AUFFRAY
Jean BARAN et Madame
Madame Jacqueline BEIGNIER
René BERGER et Madame
Jean-Baptiste BETBEDER
Jean BIBAUD Pdt. de I’A.N.A.T.C.
Adolphe BOISSENET et Madame
Jean-Pierre BOLUMAR et Madame
Gérard BONNAIN et Madame
Maurice BOUCHET et Madame
Serge BOULLE et Madame
Mademoiselle BOULLE
Albert BREGERE et Madame
Mademoiselle Jeannine CARMENTOS
Georges CHAPEL et Madame
Robert CHARMOT et Madame
Roger COURCIER
Georges DROUIN et Madame
Roger DUMONCEAU et Madame
Pierre DUVIVIER
Roger FOURNIER et Madame
Henri FROGIER
Maurice FRATTI et Madame
Pierre GALEY et Madame
Jean GAROUSTE
Claude GAUBERT et Madame
Marcel GIRAUDON et Madame
Roger GOUBERN et Madame
Charles GRAVELLE
Auguste GREAU et Madame

André HUK
Serge JDANOWSKI et Madame
Madame Marianne JOANNET
Jean JONNIAUX et Madame
Claude LAGARDE et Madame
Robert LEGARGENT et Madame
André LEGOFF et Madame
Maurice LORRAIN et Madame
Serge MAIGROT et Madame
Etienne MAILLARD et Madame
Madame Yvonne MANGEMATIN
Raymond MELICQUE et Madame
Jacques MEUNIER et Madame
Michel MEUNIER et Madame
Henri MONTAGNON et Madame
Guy MOURGUES et Madame
Roger NAUDIN et Madame
Jean PERRIER et Madame
Jean PETIT LE BRUN
Pierre PREAU
Bernard RENAUD et Madame
Florent SCHIBLER et Madame
Madame Ginette SOSSON
Paul THIEUX et Madame
Bernard TOMBEUR et Madame
Francis TOUTIN
Roger TRUCHOT et Madame
Jean VANARET et Madame
Léon VERNAT et Madame
Bernard VIDALOT et Madame