Vous êtes ici : Devoir de mémoire / Historique/1 Nous sommes le
 
 
DEVOIR DE MEMOIRE : Historique de l'ANATC 1/3
Retour
Suite
Introduction

 

L’ANATC est l’héritière de esprit de camaraderie hors du commun d’une unité combattante des premières heures de la Seconde Guerre mondiale, la 704ème Compagnie des Transmissions de l’Armée de l’Air. Dans les faits, elle s’appuie sur les relations établies en 1939 entre cette Compagnie, la 751ème CRG (Compagnie de Réserves Générales) qui l’accompagnait, la commune de Blérancourt et de son château, dans l’Aisne. Ces deux unités, placées sous le même commandement sont souvent désignées du même nom : "la 704ème". Cette prestigieuse unité  créa dès 1946 son Amicale qui deviendra ensuite l’ANATNB en 1953, puis l’ANATC en 1997.

L’ANATC a donc un lien particulier et un devoir de mémoire en partage avec la commune de Blérancourt qui fut le berceau de la formidable aventure de la 704ème CT.

 
Vue aérienne du château de Blérancourt
Les Transmissions de l'Armée de l'Air en 1939

Avant la déclaration de la guerre 1939 / 1945, les transmissions de l'armée de l'air n'étaient pas organisées en commandement organique, mais dépendaient d’une section du 3ème bureau. Les directives les concernant provenaient de l'État-Major Général Air Paris sous le timbre du 3ème bureau (Capitaine CAZENAVE). Dans les Régions Aériennes, une sous-section du 3ème bureau rédigeait les instructions aux organismes territoriaux regroupant les personnels et les matériels des transmissions, et les Groupements Militaires d'Instruction des Transmissions (GMIT). Citons St Cyr-l'École, Lille, Amiens, Mourmelon pour la 2ème Région Aérienne.

En 1939, dès la mise en application du plan de mobilisation, l'organisation des transmissions de l'armée de l'air devint alors le COMMANDEMENT SUPÉRIEUR des TROUPES et des SERVICES des TRANSMISSIONS, NAVIGATION, BALISAGE" (T.N.B.) situé au G.Q.G. AIR, dit point "Z", à St Jean-Les-Deux-Jumeaux.

A sa tête, le Lieutenant-colonel DUCOMMUN, ayant pour adjoints les Commandants MARCOZ et MAGET, commandant 197 Détachements de Transmissions dépendant des Compagnies de Transmissions, elles-mêmes sous les ordres des Bataillons de Transmissions, Navigation, Balisage. Une compagnie spéciale, la 751ème formait la réserve générale du G.Q.G. en personnels et en matériels. Des Bataillons de Transmissions, Navigation et Balisage (B.T.N.B.) étaient adaptés aux Zones d'Opérations Aériennes. Parmi eux, le B.T.N.B.1 (Capitaine PORRA) qui séjourna au 57 boulevard Gambetta (immeuble des aviateurs) à Chauny, dépendant de la Z.O.A.N. (Zone d'Opérations Aérienne Nord) installée dans le même immeuble. Cette Z.O.A.N. était  commandée par le Général D'ASTIER DE LA VIGERIE logeant 18 avenue Victor Hugo chez Monsieur Vernynck FUNK. La 704ème Compagnie de Transmission (C.T. - Lieutenant  LOIZILLON à Amiens puis à Blérancourt) en faisait partie, accompagnée de la 751ème Compagnie de Réserve Générale en personnels et en matériels du G.Q.G. (Lieutenant. LOIZILLON à Blérancourt).

Signalons que le Commandement Supérieur des TNB avait également sous ses ordres et rattachés pour emploi : le réseau radio du haut commandement, le réseau de navigation aérienne, des compagnies de phares, l'entrepôt de l'armée de l'air de St Cyr, des détachements météo, et les écoles des transmissions. En 1939, les TNB comptaient un total de 10.500 hommes dont 350 officiers.

Le COMMANDEMENT SUPÉRIEUR DES TROUPES et des SERVICES des TRANSMISSIONS, NAVIGATION, BALISAGE (T.N.B.) fut dissout le 1er août 1940 par une décision ministérielle du 28 juillet 1940.

 
L’emblème de la 704ème C.T.

Imprégnée de l'état de camaraderie qui régnait dans les transmissions de l'armée de l'air, la 704ème a eu à cœur que cette histoire ne se perde pas, vœux qu’elle a immortalisé à travers un canard fièrement exposé sur le fanion de la compagnie et ses véhicules.

Petite histoire du "CANARD".

C'est en 1938 que les jeunes Compagnies de Transmissions de l'armée de l'air créées en 1937 dans le cadre des G.M.I.T. (Groupements des Moyens d'Instruction et de Transmissions) furent autorisées à se doter d'insignes distinctifs comme les autres unités de l'armée.

A cette époque, les 704ème et 706ème C.T. commandées par le Capitaine BOUTET, les Lieutenants SARRE, FACHE, DERBESSE, étaient rattachées à la Base Aérienne 111 de Mourmelon. Outre leurs activités spécifiques, elles avaient reçu la mission d'instruire les volontaires  issus du contingent  pour la formation de "radios navigants de réserve".

Le choix pour la 704ème C.T. fut l'image du petit canard rageur crachant des étincelles, coiffé d'une casquette d'aviateur, alors que la 706ème avait opté pour "JOCKO", un singe de B.D qui se grattait le crâne d'une main et de l'autre tirait des étincelles du sommet d'une lampe triode.

Dans un premier temps, l’insigne de la 704ème CT fut peint sur les portières ses voitures "SFR" ou "SADIR".

C'est fin 1938 que l'insigne officiel fut porté.

 
Insigne officiel de la 704ème C.T.- G.M.I.T. 434
Émaux cloisonnés sur laiton. Amiens décembre.1938.
 
 
Anecdote : à la déclaration de la guerre, l'idée saugrenue de matérialiser l’insigne de la 704ème fut prise en achetant un jeune canard en guise de "mascotte".
 
Le "canard", en chair, en os
et en plumes - Bertangles 1939.
Adjudant GERVAISOT et Caporal chef DONCE à Amiens-Glisy.
  L'insigne sur la portière de cette remorque SFR est bien aparant.

                                                                      

Le fanion de la 704ème C.T fut remis à la Compagnie, sous sa dénomination initiale "GMIT 434", lors de la prise d'armes du 14 juillet 1939 sur le terrain d'Amiens-Glisy. Le canard arborant le fanion était identique à celui de son insigne.